Poem

If you loved me still then you’d hold my hand,
If you plan to find me, that forbidden land.
When the time has come and the breath is past
I will wait for you, I will make it last,
You will breathe again, this I promise too,
And you mustn’t fear my skin’s captured hue.

I will lightly rest where there will still be light,
Our paroles, our pardons will be absorbed beyond spite.
And then maybe resting on our pervious airs
We will recount ballads for the ground to bear,
About strength and weakness and the time that I
Took to long to counter and too long to die.

Advertisements

One comment

  1. J avais fait tout un livre rien que pour pouvoir te le dire pour pouvoir l écrire noir sur blanc à ton nom en haut de la premiere page il fallait dedans que je dessine les dessins les plus divins qu ils soient toujours plus fins que j aille les chercher toujours plus loin toujours plus pres des entrailles du noyau du milieu là où brûlent toutes les choses du début et de la fin mais aucun d eux ne le disait assez bien vraiment alors j en recommençais d autres avec tout ce que je trouvais de plus beau encore avec tout ce qui faisait sens dans la vie mais même en trempant ma plume dans mon sang les mots simples étaient toujours trahis aucun dessin ne fût jamais assez vivant ni assez mortel pour etre juste éternel et je n ai jamais pu finir de te dire comme je t aime

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s